Suivez-moi :
chèvre par Michael Kahl

Je suis végane.

Un soir, curieuse d’en apprendre sur un domaine qui m’était complè­te­ment étran­ger, j’ai décidé de me rensei­gner sur la manière dont était produite la viande. Je me suis donc retrou­vée à parcou­rir la rubrique “La vie des animaux” de l’as­so­cia­tion l214. Cette démarche partait à la base d’une simple envie d’ap­prendre, et j’étais bien loin de savoir que ce que j’al­lais décou­vrir au fil de mes recherches allait me déran­ger, me révol­ter, me faire pleu­rer, puis me faire chan­ger. Je suis passée par toutes ces émotions un soir de novembre 2012 (oui, peu avant Noël, youpi).

Je ne comprends pas ton nouveau mot là

Non, être végane ne signi­fie pas ne manger que des trucs verts. Commençons donc par une brève petite leçon de voca­bu­laire, que signi­fie le terme végane ? Pour répondre à cette ques­tion, il faudra d’abord défi­nir le véga­nisme. Pour moi, le véga­nisme est un mode de vie qui vise à n’ex­ploi­ter aucun animal, sous aucune forme. Il exclut donc viande, œufs, pois­son, lait, mais aussi laine, cuir, zoo, produits testés sur les animaux, etc. Bref vous l’au­rez compris, on parle plus d’un idéal que d’un état des choses. Une personne végane est donc une personne qui tente donc de se rappro­cher de cet idéal.

Voilà, les présen­ta­tions étant faites, rentrons dans le vif du sujet. Pourquoi diable une personne déci­de­rait-elle de deve­nir végane ?

Vaches par Annie Spratt

Pourquoi végane ?

Cet article sera court, bien que la réponse à cette ques­tion pour­rait faire des pages. Je ne vais pas répé­ter les nombreux argu­ments déjà si bien expliqués par Anti­gone XXI, mais plutôt synthé­ti­ser les raisons qui m’ont moi, person­nel­le­ment convain­cue. Voici quelques-unes d’entre elles, sachant que la plupart seraient suffi­sam­ment impor­tantes à mes yeux pour justi­fier mon véga­nisme à elles seules.

Je suis deve­nue végé­ta­rienne, puis végé­ta­lienne, puis végane, parce que je n’aime pas l’idée de violer une vache pour en boire le lait, que je ne suis même pas biolo­gique­ment conçue pour digé­rer. Parce que l’idée de sépa­rer un bébé de sa maman à la nais­sance me fend le cœur. Parce que je refuse de parti­ci­per à une écono­mie basée sur la créa­tion de vies dans l’unique but de les tuer. Parce que je ne souhaite à aucun être vivant, que ce soit mon chien ou un cochon anonyme, de passer sa vie en cage, sans savoir à quoi ressemble la lumière du soleil. Parce que je refuse de faire le choix égoïste qu’un seul de mes repas mon repas occupe 20 fois plus de terres que néces­saire, et qu’il prive un tas d’autres de manger.

Je refuse de vision­ner des vidéos-chocs d’abat­toirs non pas parce que “je ne veux pas voir ça” mais parce que je les ai déjà vues et j’en ai eu assez, de voir cette souf­france inutile qui pour­rait si faci­le­ment être évitée. Je ne veux plus contri­buer à une tragé­die plané­taire, tuant chaque année autant de vies qu’entre 8 et 20 fois la popu­la­tion mondiale1.

Mouton par Sam Carter

Certains m’ac­cu­se­ront d’avoir une sensi­bi­lité exacer­bée, car je crois ferme­ment que juste parce l’Homme a les moyens tech­niques d’ex­ploi­ter des animaux ne justi­fie pas qu’il le fasse.

Je suis aussi végane parce que mon altruisme et ma bien­veillance s’étendent à toutes les espèces, pas unique­ment à la mienne et quelques autres que la société dans laquelle je vis m’a inculqué de privi­lé­gier.

Parce que mon plai­sir qu’il soit gusta­tif, olfac­tif ou visuel, n’an­nule pas mon empa­thie, d’au­tant plus qu’il existe aujourd’­hui pléthore d’al­ter­na­tives permet­tant de ne pas devoir se conten­ter de petits pois et de carotte comme diner, si l’on veut manger de façon entiè­re­ment végé­tale.

Parce que j’ai une capa­cité de réflexion et le cran de remettre en ques­tion une situa­tion que je juge immo­rale.

Parce que l’Homme est le problème, mais aussi la solu­tion, et qu’elle se trouve à la portée de chacun.

Parce que j’aime la vie.

Trois feuilles

POUR ALLER PLUS LOIN

SOURCES

  • Crédit photos : Michel Kahl, Annie Spratt, Sam carter — merci.

   [ + ]

Partager
Leave a comment
Previous Post Next Post

Vous aimerez aussi