Suivez-moi :

Les écrans, Face­book et moi

Je me suis rendu compte il y a quelque temps que j’avais le réflexe — avouons-le assez nul — de sortir mon télé­phone dès que je n’avais rien à faire : en atten­dant quelqu’un, dans l’as­cen­seur, dans le métro… Alors qu’entre nous, je n’ai pas spécia­le­ment de nouvelles passion­nantes aussi régu­liè­re­ment qui méritent tout ce degré d’at­ten­tion, ou surtout ce degré d’inat­ten­tion de la vie qui conti­nue à m’en­tou­rer en atten­dant.

Nos vies derrière ces écrans

Vous êtes vous déjà demandé combien de temps vous passiez derrière un écran ? Voici une jour­née type d’un travailleur, détaillée par Adam Alter dans ce TED :

La partie “Travail” comprend le temps que prend le travail en tant que tel ainsi que le temps pour s’y rendre. Oh et, la partie survie n’est pas le fait de partir cueillir son lunch, mais plutôt se doucher, manger, s’oc­cu­per d’en­fants, etc. Selon ces données, il nous reste­rait envi­ron 4,5 heures non occu­pées sur une jour­née, que nous appel­le­rons le temps pour soi.

Voilà main­te­nant l’évo­lu­tion depuis 2005 de la propor­tion du temps pour soi passé derrière des écrans.

Ce temps (en turquoise) qu’il nous reste est celui occupé par nos loisirs, qui font de nous des indi­vi­dus diffé­rents les uns des autres, nous permettent de déve­lop­per notre créa­ti­vité, réflé­chir, lire, etc. Ce sont de ces moments qu’une personne parle à la fin de sa vie lorsqu’elle fait le bilan, pour vous dire à quel point ces moments sont cruciaux, et façonnent nos vies.

Le problème des machines à sous

Face­book, Twit­ter, Insta­gram et d’autres sites addic­tifs fonc­tion­ne­ment comme des machines à sous : le mouve­ment est le même, mais en plus petit : on scroll vers le bas pour actua­li­ser la page. Qu’y cherche-t-on ? Savoir si l’on a gagné, version 2017 : a-t-on une nouvelle noti­fi­ca­tion, like, follo­wer ?

Nous avons beau nous cacher derrière des excuses du style “nan, mais je l’uti­lise pour rester en contact”, les réseaux sociaux sont avec le temps devenu tout, sauf sociaux.

Atten­tion, ne me mépre­nez pas, il y a plein d’usages d’un ordi­na­teur, tablette ou smart­phone qui sont intel­li­gents, je ne prône abso­lu­ment pas une vie décon­nec­tée dans une cabane dans la forêt — même si parfois, l’idée semble plutôt douce. Le plus gros problème est qu’en géné­ral l’usage de nos tech­no­lo­gies est très pauvre au point de vue intel­lec­tuel et rela­tion­nel, car il consiste à être passif, à consom­mer des médias parfois coupés de tout bon sens, des infor­ma­tions pas toujours inté­res­santes, ou des programmes télé­vi­sés carré­ment niais.

Bref, je ne sais pas vous, mais j’ai person­nel­le­ment envie à la fin de ma vie de me rappe­ler de ces moments passés à me bala­der, danser, lire, chan­ter, dessi­ner, écri­re… et pas réali­ser que j’ai troqué tous ces précieux moments pour d’autres, passés à scru­ter un écran.

5 solu­tions pour augmen­ter ses heures sans écrans

Mais ne vous en faites pas, je ne vais pas juste vous dépri­mer en vous rappe­lant que nous sommes d’in­croyables victimes d’un système qui nous a rendus accros, car je compte bien vous donner des exemples de solu­tions, testées et approu­vées dans la cadre rassu­rant de mon appar­te­ment.

Ne songez même pas à déter­mi­ner des heures “off-line”

Tout simple­ment parce que cela ne fonc­tionne pas, et que se dire que l’on pourra se passer de l’écran de son télé­phone tous les jours entre 19 et 21 h — pour donner un exemple — est tout simple­ment irréa­liste, et pas très stra­té­gique. Vos jour­nées ne sont a priori pas un copier-collé parfait d’un horaire qui se repro­duit tous les jours, donc rien ne vous permet de déter­mi­ner si en effet, vous n’au­rez pas besoin de votre tech­no­lo­gie à ces inter­valles-là.

Déter­mi­nez des moments “off-line”

Non non non, ce n’est pas le contraire de ce que je viens de dire au-dessus ! Par moments, j’en­tends des actions répé­ti­tives que vous faites tous les jours, comme dîner, vous réveiller, etc. Chat et moi avons person­nel­le­ment décidé de choi­sir les petits-déjeu­ners et les dîners comme moments où les télé­phones sont non seule­ment inter­dits d’usage, mais aussi tout simple­ment de présence — oui parce que sinon on pour­rait être tentés de lire les noti­fi­ca­tions qui s’af­fichent, sans pour autant être acti­ve­ment dessus. Pour éviter toute tenta­tion, les télé­phones sont donc privés de petits-déjeu­ners et dîners en notre compa­gnie, pour notre plus grand bonheur : je suis ravie d’avoir toute l’at­ten­tion de mon Chaton Mignon pour lui racon­ter mes nombreuses fasci­nantes aven­tures vécues au cours de la jour­née écou­lée.

Désa­bon­nez-vous de vos amis sur Face­book

Bon, je suis d’ac­cord avec vous, ça semble asocial, voir indigne dit comme ça, mais, avez-vous déjà sorti quoique ce soit de posi­tif du fait de suivre un ami sur Face­book ? Savoir que Béatrice s’est trop bien amusée samedi à sa soirée de retrou­vailles des anciens du collège, ou que Martin est en Espagne en train de manger des tapas, n’a abso­lu­ment aucun impact sur votre vie. Si Martin est votre meilleur ami alors vous étiez déjà au courant du nombre de tapas qu’il a mangé car vous l’avez eu au télé­phone, et si vous n’étiez pas au collège avec Béatrice, cette réunion ne vous concerne tout simple­ment pas. Là où je veux en venir, c’est que ce type de nouvelles nous prend énor­mé­ment de temps, et n’est pas toujours émotion­nel­le­ment posi­tif.
Face­book reste par contre un très bon outil pour être informé de façon sélec­tive : j’y suis toutes mes asso­cia­tions, blogs et maga­zines préfé­rés. Du coup, mes visites sur Face­book est non seule­ment courtes, mais aussi compo­sées unique­ment de nouvelles qui auront un impact posi­tif sur ma jour­née.

Désins­tal­lez Face­book de votre smart­phone

C’est radi­cal je sais, mais soyons honnêtes, ni vous ni moi n’avons besoin de Face­book en perma­nence avec nous, dans la poche. J’ai person­nel­le­ment remarqué que je passais beau­coup moins de temps sur mon télé­phone le jour où j’ai pris cette déci­sion ! Vous pouvez par contre garder l’ap­pli­ca­tion Messen­ger, vu qu’elle vous permet de réel­le­ment commu­niquer avec vos amis.

Lais­sez votre télé­phone en mode avion jusqu’a­près le petit-déjeu­ner

Pour cela, encore faut-il qu’il ait été en mode avion pendant la nuit, ce que je vous conseille vive­ment si vous l’uti­li­sez aussi comme réveil. Cela vous évitera que votre premier réflexe en vous réveillant soit de consul­ter vos mails ou réseaux sociaux, et vous ne serez donc plus tenté d’ad­mi­rer votre télé­phone pendant les 45 minutes suivantes. Je trouve que cela permet aussi de prendre un peu de temps pour soi, d’avoir l’oc­ca­sion de se deman­der si l’on à passé une bonne nuit, comment l’on se sent aujourd’­hui,… Avant de se tour­ner vers la vie exté­rieure.

Les petits coups de pouce en plus !

Si vous avez malgré tout besoin d’un peu plus que les solu­tions précé­dentes, Moment est une appli­ca­tion — pour le moment unique­ment pour iPhone — qui enre­gis­trera tous les moments où vous êtes sur votre télé­phone. C’est assez ironique d’uti­li­ser une appli­ca­tion mobile pour réduire votre temps passé derrière l’écran, je vous l’ac­corde. L’ap­pli­ca­tion enre­gistre aussi tous les moments et endroits où vous avez dégainé l’ani­mal, juste au cas où vous n’étiez pas vrai­ment convain­cus que l’ad­dic­tion aux écrans, cela vous concerne aussi.

Le deuxième coup de pouce concerne votre ordi­na­teur : est-ce que le temps que vous passez dessus est opti­misé, ou est-ce que vous perdez beau­coup de temps sur certains sites en parti­cu­lier ? C’est ce que RescueTime vous aide à déter­mi­ner, en vous disant exac­te­ment le nombre de minutes passées sur chaque site.

Je ne vous conseille par contre pas de lais­ser ce type d’ap­pli­ca­tions en perma­nence sur votre télé­phone ou ordi­na­teur, par souci de vie privée, mais donc bien juste le temps de réali­ser l’am­pleur — ou inexis­tence, qui sait ? — de vos addic­tions.

Et pour finir, si vous êtes un accro avéré et cher­chez des solu­tions pour mini­mi­ser votre temps derrière les écrans, vous pouvez opter pour la solu­tion radi­cale : le blocage. Si vous utili­sez Chrome, il y a le plug-in StayFo­cusd, ou alors LeechB­lock sur Fire­fox. Les deux vous permettent de bloquer des sites en parti­cu­lier si vous les avez utili­sés pendant trop long­temps, ou tout simple­ment bloquer leur accès pendant certaines heures.

Merci d’avoir pris de votre très précieux temps pour vous pour me lire, cela me touche beau­coup.

Trois feuilles

POUR ALLER PLUS LOIN

SOURCES

  • Crédits photos : Aaron Burden – merci.
Partager
Leave a comment
Previous Post Next Post

Vous aimerez aussi

  • Aurélia, quel beau compliment tu me fais là, merci ! Haha je me reconnais aussi dans le côté « je suis en vacances dans un endroit sublime et pourtant c’est un plaisir immense de pouvoir me connecter à internet », sans me rendre compte qu’au final rien de crucial ne s’est produit pendant mon absence… Et j’ai eu le même sentiment aussi lorsque j’ai désinstallé Facebook de mon téléphone, de me sentir libérée… Quelle génération étrange nous sommes tout de même ! J’ai aussi réalisé que dès que je travaillais sur mon ordinateur (c’est-à-dire très souvent du coup), je me retrouvais instinctivement à taper « f » dans la barre d’URL, en mode zombie, à scroller ensuite bêtement dans mon flux d’actualités Facebook… Sans objectif précis, juste par simple paresse intellectuelle je crois, et toujours cette curiosité malsaine concernant des éventuelles nouvelles notifications. Ce qui ne m’empêchait pas de me plaindre en fin de journées « oh la la mes journées sont trop courtes je n’ai pas le temps de tout faire blablabla ». Assez pathétique.
    Pour travailler, je me fixe du coup des objectifs assez serrés par rapport à ce que je veux faire, et je mets un chronomètre (la fille qui s’auto-stresse à peine ici !), ce qui me permet vraiment de limiter mon temps passé à faire des choses non intéressantes 🙂 J’espère que Rescue Time t’aidera en tout cas !
    Je t’envoie des bisous, passe un doux dimanche 🙂

  • Cha

    Article fort intéressant ma chère ! Je vais ré-instaurer de ce pas les repas sans téléphone avec mon chat à moi <3 (j'avais déjà interdit les écrans dans le lit, mais ça n'a pas tenu bien longtemps :/ )

    • Haha j’ai l’intuition qu’il va adorer l’initiative ^^’ !